Le crayon-scalpel d'Anna

Après les sculptures mobiles, place au trait! L'espace culturel de l'Hôpital psychiatrique de Marsens accueille les oeuvres de l'artiste bâloise Anna Hartmann. En caricature et en peinture, elle décline tous les travers humains, dans un étonnant corps à visage.

Le Vide-Poches a pour ligne d'iviter des artistes qui, de près ou de loin, sont concernés par la maladie, la souffrance ou la «chose médicale». Anna Hartmann avait dans ce sens le profil idéal, elle qui a souvent traité le rapport entre médecin et patient. De plus, comme le précise la responsable de l'exposition Marianna Gawrysiak, le Vide-Poches essaie d'intégrer l'oevre dane la vie même de l'institution. Récemment, Anna Hartmann (qui signe Anna) a dirigé des stages de caricatures, à l'intention des infirmiers, médecins et de quelques proches, Une trentaine de personnes se sont portraiturées, l'artiste leur demandant de se représenter dans d'autres âges de la vie: enfance et vieillesse. D'où ces portraits étonnants (présentés dans l'exposition) où l'un se voit en girafe, un autre en violoncelle, une encore courbée sur la canne mais avec ailes dans le dos.

Ces portraits sur l'écho une kyrielle de visages dessinés par Anna dans une grande et treprise bâloise. En vingt-cinq ans, elle en croqua plus de 1000! Le Vide-Poches en présente une sélection: visages plutôt graves, pris dans l'encre du destin, avec quelques ombres et surtout des lumières pour exacerber le trait.
Seite 2


Die Presse über ANNA    Startseite